PIVOINE

D'aussi loin que je me souvienne j'ai toujours eu une ou plusieurs aiguilles dans les mains : à tricoter, à coudre, à broder, à feutrer.

Merci Maman qui m'a appris à repriser les chaussettes et qui n'a pas eu peur de me confier sa Starlet quand il y avait parfois de bonnes raisons de s'effrayer. Surtout que mes copines de collège me demandaient de resserrer leur jeans "pour être à la mode". La petite Singer avait parfois du mal à coudre toutes ces épaisseurs. Je devais alors l'aider et parfois la forcer.

Merci Tabiche, ma tante chez qui je passais toutes mes grandes vacances. Elle m'a transmis son virus en même temps que l'amour du travail bien fait. Mais malgré tout je ne parviens toujours pas à tricoter aussi vite qu'elle.

J'ai beaucoup cousu et tricoté pour moi, mes enfants (2), parfois les enfants de mes amis.

Mes doigts me démangent, me chatouillent, ma tête fourmille d'idées et aujourd'hui j'aimerai les partager avec vous.